Archive for the ‘ Musique ’ Category

EUROPAVOX: Last day…

Ce dimanche marque malheureusement la fin de cette édition 2010 d’Europavox. C’est avec une certaine émotion, que nous nous rendons pour la dernière fois sur ce village cosmopolite éphémère, où la langue officielle est celle de la musique, de la joie et de la fête.

Encore une fois, et pour finir en beauté, c’est sous un soleil de plomb, que les premières activités débutèrent dès midi. Les festivités dominicales commencèrent avec l’Europakids. Un public trans-générationnel était venu en masse pour écouter le concert de The Nino’s chantent Nino Ferrer. Des jeux et des ateliers artistiques étaient proposés à toute personne venue profiter du beau temps place du 1er mai. Une initiative de l’équipe de l’AFEV (Association de la Fondation Étudiante pour la Ville). L’ambiance paisible autour de pique-niques improvisés, allait bientôt s’embraser avec le début d’une suite de onze concerts, toujours organisés dans les trois différentes salles.

Entre deux concerts, nous n’aurions raté sous aucun prétexte, les dernières heures de la scène temporaire du « The Sex Room sessions » à Europavox, pour y écouter notamment The Glums, encore un groupe Clermontois au talent certain, qui devrait faire parler de lui très prochainement. Avec un son pop édulcoré, ce concert acoustique fut un réel moment de bonheur, avec un style 60’s directement dans la lignée de groupes comme les légendaires Kinks.

Continuant notre périple, nous nous retrouvâmes dans la Coopérative de mai, pour y écouter le groupe 100% féminin, les Plastiscines. Un des groupes phares de la Nouvelle scène rock française. Le quatuor assure une prestation scénique des plus rocks. L’énergie incroyable qu’elles insufflent, ne mit pas longtemps à se propager à une salle pleine à craquer. On comprend mieux comment ce groupe a su amener un vent de fraîcheur à la scène musicale française. Un très bon concert, qui ne devait être qu’une mise en bouche, mais qui au final, fut encore une très bonne surprise pour ce festival déjà riche en la matière!

Mais ce début de soirée fut marqué par une phrase que beaucoup avaient à la bouche… « Est-il bien là ? ». Lui, c’est l’ancien leader des Libertines puis des Babyshambles, Peter Doherty. Tristement célèbre pour beaucoup, par ces apparitions répétées dans les pages des tabloïds, l’artiste anglais venait présenter son premier album solo Grace/Wastelands, qui est déjà un très grand succès. Cet album est une merveille pop, tout en sobriété et pourvu de moments véritablement magiques. Toujours coiffé d’un chapeau noir, l’artiste entre seul sur scène, acclamé par un public complètement acquis à sa cause. A ses cotés, deux éléments incontournables de la rock star, sa Gibson et sa bouteille de vin (d’Auvergne ? ), le concert pouvait enfin commencer ! Au premier rang, était présente une troupe de midinettes, applaudissant avec autant d’entrain les fins de chansons, que les fins de verres… Un public expérimenté donc, qui aura sûrement apprécié Can’t Stand Me Now, reprise des Libertines ou encore sa dernière chanson, Last of the english roses, purs instants de poésie. Ils auront surement moins apprécié les quelques moments poussifs, ou les longueurs qui ont marqué ce concert. Mais qu’importe, il était là, et pour la plupart, n’était-ce pas le plus important ?

Malheureusement, le festival touchait à sa fin… Triste mais déjà impatient d’être à l’année prochaine, on se consolera en repensant à tous les excellents moments qui ont construit cette merveilleuse édition, qui ne comporta aucune fausse note. Longue vie à Europavox et à l’année prochaine !

Votre dévoué serviteur

http://www.myspace.com/theglums

http://www.myspace.com/plastiscine

http://www.myspace.com/gracewastelands

Publicités

EUROPAVOX : day 3

Les journées passent et se ressemblent à Europavox ! Organisation exemplaire, une distribution d’artistes excellente, et une ambiance au beau fixe. La météo toujours plus clémente de jours en jours, n’est que le reflet naturel d’un festival déjà réussit.

Pour ce samedi, une programmation toujours aussi éclectique, avec pas moins d’une quinzaine d’artistes venus de toute l’Europe pour électriser un public encore plus nombreux !

Une soirée du samedi, prenant pour l’occasion les couleurs de l’Angleterre et plus particulièrement de Manchester. En effet, au Magic Mirrors était organisé une soirée spéciale, dans laquelle le chapiteau était transformé en mini- Haçienda. L’Hacienda était un mythique club mancunien, malheureusement fermé depuis 1997, qui a vu naitre pléthores d’artistes désormais mondialement connus, notamment Oasis. Le légendaire Peter Hook, ancien patron de l’Haçienda, et membre des cultissimes Joy Division, puis de New Order, avait fait le chemin jusqu’à Clermont Ferrand. Il nous a présenté pour l’occasion, son tout nouveau projet, dans lequel il reprend l’intégralité du mythique album des Joy Division « Unknown Pleasure ». Plus tôt dans l’après midi, il fut décoré officiellement par le Maire de Clermont-Ferrand. Ville cher au yeux de Peter Hook, car jumelé à sa propre ville natale de Salford. Une partie de la soirée fut un hommage à Peter hook et Joy Division. Dans une ambiance des plus chaude, nous revivions avec plaisir tous les morceaux qui continuent d’entretenir sa légende. Et pour finir en beauté, « Love will Tear Us Apart », véritable hymne trans-générationnel, venait conclure ce concert riche en émotion.

Pour patienter entre les spectacles, nous retournions dans le lieu informel et incontournable du festival, le bien nommé « The Sex Room sessions ». Victime de leur propre succès, les artistes étaient expatriés hors du bus pour jouer devant une foule venue déguster des shows toujours aussi qualitatif. Le groupe Clermontois Araban, venant conclure la soirée toute en énergie. Avec un son rock’n’roll, qui s’assimilerait parfaitement aux différentes BO des réalisations de Quentin Tarantino.

L’autre événement de la soirée fut la présence de Richard Hawley, véritable monument de la musique folk. Dans une ambiance moins festive, il a su envouté la salle de la grande Coopé, avec sa voix de crooner mélancolique.

Encore une grande soirée pour se festival qui ne finit plus de grandir. Car après Mick Jones vendredi, puis Peter Hook hier, c’est une autre célébrité britannique qui va fouler la scène de la Coopérative de mai ce soir, le sulfureux mais génial Peter Doherty !

Votre dévoué serviteur

http://www.myspace.com/arabanband

http://www.myspace.com/richardhawley

http://www.deezer.com/fr/music/joy-division

EUROPAVOX : Day 1 and 2

Pour votre plus grand plaisir, Blogy Blogoo a le plaisir de vous offrir une série d’articles sur le festival Europavox. Chaque jour, nous retracerons tout ce qu’il ne fallait absolument pas manquer !

Après une première soirée très réussie, nous rentrons avec ce vendredi dans le vif du sujet.

Pas moins de 11 artistes sont programmés sur les trois différentes scènes de ce 5ème festival Europavox. Comme hier, l’invité d’honneur n’est autre que le soleil ! Ainsi, avant les concerts, plusieurs dizaines de personnes étaient déjà présentes sur le site pour profiter des températures estivales. D’autres s’essayent au rodéo sur un stand prévu pour l’occasion (plus drôle à observer qu’à pratiquer !). En début de soirée, les concerts commencent à résonner de toutes parts, Radio Campus présente une émission en public. A leur coté, les jeunes et les moins jeunes, battent des records de médiocrité au jeu vidéo DJ Hero. L’ambiance est au beau fixe !

Ce qui frappe en arrivant dans ce véritable petit village voué à la fête, c’est la convivialité et l’éclectisme du public présent. Les familles auvergnates croisent de jeunes punks ou autre « néo-hippies » dans une ambiance des plus cordiale. La diversité des artistes, mais aussi des activités proposées dans ce festival, y sont pour beaucoup.

Et la musique dans tout ça ?! Nous y arrivons, ne vous inquiétez pas ! Dans le « Magic Mirrors », superbe chapiteau à l’ancienne, la soirée est résolument hip-hop. Dans le « Foyer », où tout le monde peut accéder gratuitement, l’ambiance se veut plus électro. Enfin dans la Coopérative de Mai, la soirée fut, notamment, marquée par la présence de Mick Jones (membre fondateur des mondialement célèbres Clash).

Musicalement, la soirée a bénéficié de quelques véritables moments magiques. Tout d’abord, « The Sex Room Session », succession de minis concerts acoustiques organisée dans un bus de ramassage scolaire américain ! Les artistes s’installent au fond du bus sur un lit et jouent quelques morceaux dans une ambiance chaleureuse. On retiendra la délicieuse voix de la chanteuse Nive Nielsen, venue du Groenland avec son ukulélé rouge et sa folk envoûtante. Mais surtout l’énergie des « The Black Box Revelation », véritable révolution venue de Belgique, qui ont électrisé le bus, où tout le monde s’était mis à danser et à marquer le rythme pour accompagner le duo Belge. « The Sex Room Session » est un endroit incontournable de ce festival. Gratuit pour tous, laissez vous emporter dans cet espace non conventionnel.

Ensuite, une foule incroyable s’est entassée dans la Coopérative de Mai pour y écouter le concert de Gaëtan Roussel, l’ex chanteur de Louise Attaque. Malheureusement pour eux, ils ont raté l’excellent concert d’Hocus Pocus ! N’étant pas particulièrement adepte du style musical, la claque fut d’autant plus grande ! L’orchestre, aux sonorités funk, directement inspiré d’artistes comme Stevie Wonder, Jamiroquai ou Earth Wind and Fire, bénéficiait d’un son et d’une technicité magistraux. Au milieu déambulait Hocus Pocus, véritable chef d’orchestre, sublimant la musicalité d’un flow léger. L’ambiance était des plus dansante, le public se trouva même impliqué dans une « batlle » contre les cuivres ! Véritable moment de joie partagé par tous, ce concert restera, musicalement en tout cas, comme l’un des moments forts de cette cinquième édition d’Europavox.

Pour finir, retour à la Coopérative de Mai, dans la petite salle cette fois, pour le dernier concert de la soirée. Boogers, artiste français originaire de Tours, propose un spectacle explosif d’électro-pop-rock (voir punk par moment). Et cela en étant seul sur scène ! Véritable homme-orchestre, le jeune chanteur se déchaîne devant nous avec sa guitare, et le résultat est pour le moins épatant ! D’une énergie impressionnante, ce concert fut la cerise sur le gâteau !

Europavox est définitivement un monde à part, sorte d’Eden culturel dans une ambiance bonne enfant… sous le soleil Auvergnat.

Ce soir, soirée spéciale en hommage à Peter Hook (présent pour l’occasion) et aux célèbres Joy Division avec des concerts et une projection au cinéma Les ambiances.

Votre dévoué serviteur

liens : http://www.europavox.com/fr/

http://87.98.184.103/sexroomsessions/

http://www.myspace.com/hocuspocushiphop

http://www.myspace.com/musicboogers

Cocoon, l’interview !

Après Mustang et Zak Laughed, nous continuons notre tour d’horizon des artistes musicaux Clermontois avec le groupe Cocoon.

Cocoon fait résonner sa pop/folk épurée depuis 2006. Les voix de Mark Daumeil et Morgane Imbeaud s’entremêlent pour donner une sonorité apaisante, douce et paisible. Comme beaucoup d’artistes de la région, ils furent soutenus par la Coopérative de Mai avant d’être repérés par Les Inrocks en gagnant le célèbre concours CQFD (ce qu’il faut découvrir) en 2007.

Leur premier albulm, My Friends all died on a plane crash, sortie en 2007, est un énorme succès avec plus de 100 000 exemplaires vendus ! Fort de cette consécration, le duo en décline un album live et un dvd ( Back to Panda Montains ), enregistrés à La Coopérative de Mai en 2009.

La chanteuse fut même conviée à quelques duos, notamment avec Julien Doré sur son album Ersatz (Acacia, Figures Imposées) mais aussi avec Jean-Louis Murat.

Ils préparent actuellement leur second album et continuent une tournée internationale, qui exporta leurs mélodies outre atlantique. Cependant, ils ont bien voulu nous consacrer un peu de temps pour répondre à quelques unes de nos questions.

Blogy Blogoo : Bonjour à vous, Cocoon !

Cocoon : Hello ! Merci de penser à nous.

BB : Pouvez vous décrire en quelques mots Cocoon ?

Cocoon : Nous sommes deux, Morgane et Mark, 23 et 25 ans. On s’est rencontré il y a 5 ans bientôt et nous nous mis à écrire des chansons ensemble tout de suite.

BB : Quelles ont été vos influences (qu’elles soient musicales ou autre) ?

Cocoon : Nous aimons beaucoup des artistes tels que Bob Dylan, Elliott Smith, Nick Drake, Neil Young, Sufjan Stevens, etc. Mais nous écoutons un peu de tout en fait.
Certains cinéastes nous influencent aussi, et certains écrivains, photographes, personnes qu’on rencontre par hasard, etc…

BB : Vous avez connu une ascension fulgurante, les avantages et les inconvénients ?

Cocoon : Il n’y a que des avantages pour l’instant.

BB : Quel a été le moment le plus marquant (concert, rencontre, studio…) de votre carrière ?

Cocoon : Le premier concert à New York.

BB : Vous êtes actuellement en tournée mondiale, le public étranger vous adresse-t-il un bon accueil ?

Cocoon : Pour le moment tout se passe super bien, tout le monde est gentil avec nous, même en dehors de la France !

BB : Sinon, pour vous, quels sont les 5 endroits incontournables de Clermont Ferrand ?

Cocoon : La Coopérative de Mai, Spliff, le Bikini, Inside et le Sisisi.

BB : Pour finir, un petit mot sur votre actualité…

Cocoon : Nous partons en tournée en Allemagne et en Chine, nous sommes actuellement en studio pour terminer le second album, qui sortirait à l’automne.

Merci beaucoup à vous.

Retrouvez Cocoon sur leur myspace (où vous pourrez y écouter des reprises étonnantes !)

http://www.myspace.com/listentococoon

Ou sur leur site internet : http://www.frompandamountains.com/

On se quitte avec un clip et un concert à emporter !

Votre dévoué serviteur

Bonus du dimanche soir, bonsoir !

Ce soir dans Blogy Blogoo, nous vous faisons découvrir ou redécouvrir Adam Spiegel alias Spike Jonze.

Artiste éclectique, nous avons pu le remarquer dans le milieu du skate-board pour Girl ou Lakai notamment. Puis c’est avec ses nombreux clips cultes, qu’il se fit remarquer d’un plus large public (pour Bjork, Fatboy Slim, The Chemical Brothers, REM, Daft Punk, Sonic Youth…)

Cependant, c’est avec ses longs métrages aux univers si bucoliquement « Michel Gondryesque » que Spike Jonze conquit le plus grand nombre d’entre vous (l’inoubliable Dans la peau de John Malkovich,  le méconnu Adaptation avec Nicolas Cage, ou plus récemment Max et les Maximontres).

Tout de suite pour vous, du skate, un clip et la bande annonce du dernier court métrage de Spike Jonze. Après avoir visionner le tout, courez louer ou acheter ou télécharger (légalement bien sur) toute la filmographie de ce véritable génie !

Bon visionnage à tous et bon dimanche !

Du skate ! Lakai Fully Flared inédit !

Un clip ! FatBoy Slim – Weapon of choice (avec Christopher Walken)

Son dernier court métrage I’m here, diffuser en entier ici, mais seulement toutes les deux heures ! http://www.imheremovie.com/fr/ mais pour patienter, en voici la bande annonce.

Votre dévoué serviteur

Zak Laughed : l’interview !

by Renaud Monfourny

Aujourd’hui, nous avons l’honneur de recevoir la personne de Walter Julius Frisco, alias Zak Laughed alias Zacharie Boisseau.

Nous ne ferons que répéter ce qui est écrit un peu partout, mais pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Zak Laughed est un véritable prodige. Incroyable de précocité et de maturité dans son travail de composition, il a déjà séduit un très large publique d’amateurs comme de professionnels. Tout d’abord découvert par la célèbre Coopérative de Mai sur Myspace, il se fit ensuite remarquer en remportant un concours de reprises organisé par le label anglais Rough Trade, pour lequel il interpréta magistralement The End Has No End des The Strokes.

Originaire de Clermont Ferrand, sa folk-pop a aujourd’hui dépassé largement les frontières de l’Auvergne. Pour en attester, quelques apparitions télé, et pas des moindres, au Grand Journal et à l’album de la semaine de Canal Plus, ainsi qu’à Taratata (où il dut supporter l’humour de Nagui) ! Aujourd’hui, Zak « a ri » (cela nous fait beaucoup rire!) est un incontournable du paysage musical français. Son premier album, The Last Memories of My Old House,  signé par le label Kütu Folk en 2009, est un délicieux mélange de rock, de folk, et de country…

Il écume depuis les routes de France avec son groupe, Zak Laughed and The Hobos Company. Vous pourrez le retrouver dans de nombreux festivals cet été, mais on ne vous en dit pas plus, Zak, c’est à toi !

by Renaud Monfourny

Blogy Blogoo : Bonjour Zacharie Boisseau alias Zak Laughed, pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Zak Laughed : Je m’appelle Walter Julius Frisco, je suis le chanteur de Zak Laughed and The Hobos Company. J’ai commencé la musique tout seul il y a environ 4 ans, j’écris des chansons depuis 3 ans et joue en groupe depuis 1 an et demi. J’ai sorti un album il y a 6 mois et depuis je fais pas mal de concert dans presque toute la France ce qui est très chouette.

BB : Depuis quelques temps, on entend de plus en plus parler de vous dans les médias, sur Canal et dans les Inrocks notament. Qu’est ce que cela a changé dans votre vie de jeune Clermontois ?

Zak Laughed : Absolument rien, je continue à aller au Lycée Blaise Pascal (plus communément appeler « Goulag ») et aux concerts des copains (au hasard les divins The Wendy Darlings). Je fais peut être plus de déplacements extérieurs qui sont liés aux concerts mais sinon non, rien n’a changé (tout, tout a continué…) !

BB : (rire !) Quelles sont vos influences (qu’elles soient musicales ou autres) ?

Zak Laughed : Tout l’indie rock au sens large des années 80,90 et 2000: Beat Happening, The Pastels, Jesus and Mary Chain, Pavement, Daniel Johnston, The Feelies, TV Personalities, Eels, The Strokes, Electrelane, Bill Callahan, Jeffrey Lewis, M.Ward…. Les grands melodistes anglo-saxons des années 50 aux années 70 : Johnny Cash, Buddy Holly, Bo Diddley, Velvet Underground, Beatles, Beach Boys, Kinks, Ronettes, Dylan, Cohen, Tim Hardin, Jonathan Richman…… Et les films de Wes Anderson et les livres de Brautigan….

BB : Si vous ne deviez garder qu’un album, un film et un livre ?

Zak Laughed : En ce moment ce serait: comme disque, Daisies of the Galaxy de Eels,comme livre, Shorts Cuts de Raymond Carver et comme film, Johnny Guitar de Nicholas Ray.

BB : Pourquoi Zak Laughed ?

Zak Laughed : Parce qu’autre fois je riais de bon coeur…

BB : Quels sont pour vous les 5 endroits incontournables de la vie Clermontoise ?

Zak Laughed : La Coopérative de Mai et le Rat Pack pour les concerts et l’ambiance, Le bar des Beaux Arts parce que c’est impossible de ne pas passer à coté quand on est dans cette ville et le Bikini et le Raymond Bar parce qu’ils sont mythiques.

BB : Qu’est ce qui reste l’élément le plus marquant de votre jeune carrière ?

Zak Laughed : Avoir fait la première partie de Jeffrey Lewis au Rat Pack,et peut être aussi celle de Miossec à l’Olympia.

BB : Pour finir, un petit mot sur votre actualité…

Zak Laughed : On continue la tournée jusqu’en aout avec un petit break en mai-juin pour passer le bac de français et se reposer un peu et puis sinon on continue d’écrire des chansons ensemble et c’est chouette !!

BB : Merci beaucoup Zak !

Zak Laughed : Merci, et à bientôt !

Vous pourrez retrouver Zak Laughed and The Hobos Company à Clermont Ferrand le 6 mai dans le cadre du festival Hippocampus. Sinon, pour connaitre les autres dates et écouter quelques morceaux, nous vous invitons à aller sur le myspace suivant : http://www.myspace.com/zaklaughed et pour plus d’écoute : http://www.deezer.com/fr/music/zak-laughed .

Petit Bonus :

Votre dévoué serviteur

<script type= »text/javascript »><!–
google_ad_client = « pub-2932771126620127 »;
/* 300×250, date de création 27/04/10 */
google_ad_slot = « 9439986170 »;
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//–>
</script>
<script type= »text/javascript »
</script>

<script type= »text/javascript »><!–google_ad_client = « pub-2932771126620127 »;/* 300×250, date de création 27/04/10 */google_ad_slot = « 9439986170 »;google_ad_width = 300;google_ad_height = 250;//–></script><script type= »text/javascript »src= »http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js »></script&gt;

Mustang, l’interview !

Ce présent jour est à marquer d’une pierre blanche. Aujourd’hui, nous avons l’honneur de vous présenter notre toute première interview d’une longue série, qui nous l’espérons, vous comblera de bohneur.

Le groupe Mustang, par l’intermédiaire de leur chanteur et guitariste Jean Felzine, a eut la gentillesse de bien vouloir répondre à quelques questions entre deux concerts, malgré un emploi du temps très chargé. Ces trois Clermontois sont en train de dépoussiérer le rock’n’roll français, avec un son digne des grands groupes du 20ème siècle, et des textes (en français) percutants et efficaces.

Mais je ne vous en dit pas plus, et je vous laisse tranquillement vous délecter de cette brève entrevue musicale.

Blogyblogoo : Tout d’abord pour ceux qui ne vous connaitraient pas, pouvez vous vous présenter rapidement ?

Jean/Mustang : Mustang, trio de rock’n’roll français, en français, à l’ambition sans limite.

BB : Clermont Ferrand : ville la plus rock de France, je crois que vous y êtes pour quelque chose !?

Mustang : On ne sait pas trop si Clermont-Ferrand est la ville la plus Rock de France, mais quelques groupes (comme nous) et leur disques ont dépassé la région pour se faire connaître un peu dans toute la France, ce qui est plutôt cool. Après, la qualité des disques en question… c’est une autre histoire.

BB : La scène musicale sur Clermont est très active ces dernier temps, selon vous, à quoi est-ce dû ?

Mustang : Deux choses principalement, une génération spontanée qui veut monter des groupes, des concerts, des structures et tout… et la coopérative de mai, indéniablement. Après ça fait un moment que cette scène là est active c’est juste que les projecteurs sont un peu braqués sur la ville depuis 2 ans. On souhaite que ça dure pour certains groupes qu’on aime m’enfin faut pas déconner Clermont c’est pas le centre du monde non plus !

BB : Revenons à votre groupe, quelles sont vos principales influences (quelles soient musicales ou autres) ?

Mustang : Pfouu…Tout le rock’n’roll premier, disons jusqu’aux Beatles, mais aussi le rock’n roll second, le troisième…tout le rock’n’roll, tout le bon en fait. La soul music, la pop, la country, la variété, française et américaine, certains trucs de musique électronique… Disons qu’on pratique une sorte de pop ou rock’n’roll français(e) très ouvert… Une sorte de variété, au sens littéral, si ce mot-là n’était pas aussi lourd de mauvais sens.BB : Sinon, pourquoi cette capello-sculture ? Signature visuelle
ou pur plaisir capillaire ?

Mustang : Pur plaisir capillaire !

BB : Pour finir, quelle est votre actualité (enregistrement, concerts,
festivals, clips…) ?

Mustang : L’enregistrement d’un Ep (maxi 45t) fin avril pour une sortie en juin, l’enregistrement du nouvel album cet été probablement et sinon pas mal de dates…Printemps de Bourges le 17 avril et Montreux Jazz Festival le 9 juillet notamment.

BB : Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte prochainement ?

A vous de voir, si on joue près de chez vous, ça se passe sur
http://www.myspace.com/legroupemustang
Aucune date n’est moins importante qu’une autre.

BB : Merci d’avoir bien voulu inaugurer notre première interview.

Mustang : Mais de rien !

Blogy Blogoo invite tous ses lecteurs à aller découvrir, ou redécouvrir, Mustang sur leur myspace. Mais surtout, allez les voir en live ! Ils ont de nombreuses dates à venir, vous ne le regretterez pas.

Votre dévoué serviteur